Cirphles
�cole normale sup�rieure CNRS
> CIEPFC > Colloques > Archives colloques > Colloques 2008/2009 > Le moment philosophique des années 1960 en France

Année 2008


Dans le cadre de son projet général de recherches sur la philosophie du XX° siècle en France, et ses moments constitutifs, le Centre international d’études de la philosophie française contemporaine propose un programme de recherche sur le « moment philosophique des années 1960 en France » comprenant une série de séminaires et de journées d’études distribuée sur l’ensemble de l’année 2008, de manière à la fois cohérente et ouverte.


 

Cette série comprendra en effet :

- 1.Une série de cinq journées d’études organisées par le Ciepfc à l’ENS sur le « moment philosophique » des années 1960, pour en proposer d’abord l’hypothèse générale, puis quatre étapes : le moment « épistémologique », « politique », « métaphysique » ou « philosophique », « esthétique ».

- 2. Une série complémentaire et parallèle de quatre journées co-organisées avec le Collège international de philosophie, qui accompagneront à chaque fois les journées que l’on vient d’évoquer

- 3. Une série de manifestations associées organisées aussi bien à l’ENS avec des partenaires divers (Département Littératures et langages par exemple) que dans d’autres Universités et établissements en France (Université de Lille 3, ENS-LSH de Lyon)

- 4. Une série d’intersections fortes avec les principaux programmes internationaux de recherche dans lesquels le Ciepfc est engagé par ailleurs (European Network for european philosophy ; Plate-forme Europhilosophie ; AFIC : association franco-italienne de philosphie française contemporaine, notamment)


1. Le moment philosophique des années 60 en France

Le programme de recherche a donc pour objectif d’étudier le « moment philosophique des années 1960 en France » dans son unité et sa diversité. Il s’agira donc notamment

- de comprendre comment ce moment s’est constitué, dans une rupture avec ce qui devint du même coup le moment précédent, et cela dès le tout début des années 60, mais aussi par la création de problèmes nouveaux, traversant le champ entier de la philosophie, sans oublier enfin les critiques et les ruptures qui ont conduit aussi au présent.

- de comprendre aussi, par conséquent, qu’il n’a consisté ni en un seul et même « courant », ni en une juxtaposition d’œuvres solitaires et météoritiques, mais bien en une pluralité d’œuvres et de travaux reliées et opposées autour de problèmes communs, et qu’il s’agira donc aussi d’étudier pour elles-mêmes.

- de comprendre enfin comment ces problèmes s’imposent non seulement de l’intérieur de la philosophie, mais aussi, comme tout « moment » philosophique à part entière, à partir des sciences, et notamment des sciences humaines et sociales, ainsi que des pratiques et des questions esthétiques ou politiques. Ce sont ces problèmes aussi qu’il s’agit de comprendre pour eux-mêmes.

Sur la base de ces hypothèses générales, ce sont donc bien les cinq étapes suivantes qui seront proposées.

- Une conférence introductive : « L’idée de moment en philosophie : le cas des années 60 », conférence introductive par F. Worms, suivie d’une table ronde, le Vendredi 14 mars 2008.

Quatre journées autour de livres majeurs reliés à leur « moment » par une série de relations, mais aussi d’oppositions et de critiques :

- La Pensée sauvage dans le moment épistémologique des années 1960 en France (resp : F. Keck), le 21 Mars 2008

- Pour Marx dans le moment politique des années 60 en France (resp : F. Caeymaex, S. Legrand, G. Sibertin-Blanc) le 16 mai 2008

- L’Ecriture et la différence dans le moment philosophique des années 1960 en France (resp : F. Worms)

- Discours, figure, dans le moment esthétique des années 60 en France (resp : E. During)

2. Colloques co-organisés avec le Collège international de philosophie

Chacune des quatre journées ci-dessus sera suivie le lendemain d’un colloque co-organisé avec le Collège international de philosophie qui étudiera les enjeux généraux du « moment » dans chacun des cas, et dans toute leur diversité (resp : P. Maniglier).

L’argument général en est le suivant :

Nous ne voulons pas revenir sur les années 60 sur un mode historique et commémoratif. Nous posons d’emblée deux thèses.

Premièrement les années 1960 ont véritablement constitué un événement transversal pour la pensée dans toutes ses dimensions : scientifique, politique, esthétique, philosophique... Il n’est pas nécessaire de supposer qu’on puisse unifier cet événement dans un seul nom, une seule thèse, et encore moins une seule œuvre, pour reconnaître la consistance d’un « moment », avec ses circulations multiples, ses oppositions constituantes, et la propagation d’une force de rupture. Les années 1960 ont eu le sentiment de faire date dans l’histoire de la pensée et ce n’était pas seulement illusion. Qu’elles aient été correctement qualifiées en leur temps est en revanche sujet à caution.

Deuxièmement, de ce moment, nous sommes les contemporains, au sens où les questions posées restent ouvertes et que ce qui s’est passé ne peut être accompli qu’aujourd’hui, dans l’après-coup qui conditionne l’historicité de la pensée. Des années 1960, nous chercherons donc ce qui est toujours actif.

Cependant, s’il ne s’agit pas faire le musée ou la commémoration d’une séquence de la pensée, il ne s’agit pas non plus de la rejouer telle quelle. On s’intéressera donc à la possibilité de requalifier l’événement en quoi ont consisté les années 1960 dans les différents domaines de la pensée, de le qualifier autrement que de la manière dont il l’a été par ses acteurs, animés qu’ils étaient par un événement qui était à côté de celui par lequel ils se croyaient portés.

En ce sens, on peut donc dire que cette série de colloques propose une contribution à ce qui pourrait être une histoire structurale, puisque symptômale, du « structuralisme », dépassant les oppositions factices entre pensées de la structure et pensées de la différence, montrant que l’événement dépassait déjà les noms même qu’on lui donnait, et qu’il garde, encore aujourd’hui, quelque chose d’excessif, et qui nous fait penser.

L’année 2008 n’est pas anodine : 1968 a précisément constitué ce point de rupture dans lequel les années 1960 à la fois se réalisent et se renversent, ce point dans lequel l’accomplissement semble exactement coextensif à son inversion. C’est en ce point que nous souhaitons pouvoir nous tenir.

- 22 mars 2008 : Un moment épistémologique
- 17 mai 2008 : Un moment politique
- 25 Octobre 2008 : Un moment philosophique
- 13 décembre 2008 : Un moment esthétique

3. Manifestations associées

Un ensemble de manifestations co-organisées complète la double série évoquée ci-dessous

- 7-9 Février 2008 : ENS-LSH de Lyon/ AFIC : Journées sur « Gouverner les vivants : à partir de Michel Foucault »-

- 28-29 Mars 2008 : ENS de Paris : « Jamais un philosophe ne fut mon guide » Roland Barthes entre littérature et philosophie, avec le Département LILA de l’ENS

- 22-23 Mai 2008 : ENS-LSH de Lyon : Mai 68 en quarantaine (resp. A. Sauvagnargues)

- 30-31 Mai 2008 : Autour du moment des années 60 : sciences humaines et philosophie, Université de Lille 3/ UMR Savoirs textes et langues (resp : P. Sabot).

TABLEAU RECAPITULATIF

- 14 mars 2008 : Conférénce introductive (F. Worms) ENS

- 7-8 Février : Journées Foucault (AFIC) ENS-LSH (Lyon)

- 21-22 Mars : Un moment épistémologique

  • 21mars : La Pensée sauvage (F. Keck)
  • 22 Mars : Un moment structural (P. Maniglier) ENS

- 28-29 Mars : Littérature et philosophie : « Jamais un philosophe ne fut mon guide » : Roland Barthes (F. Worms, M. Murat, M. Macé) ENS

- 16-17 mai Un moment politique

  • 16 mai : Pour Marx
  • 17 mai : Un moment politique (F. caeymaex, G. Sibertin-Blanc, S. Legrand) ENS

- 23-24 Mai : « 68 » en quarantaine (A. Sauvagnargues) ENS-LSH

- 30-31 Mai Autour du moment des années 1960 : les sciences humaines (P. Sabot) Lille 3

- Octobre : Un moment philosophique

L’ecriture et la différence (F. Worms)

De la structure à la différence : ENS et Ciph

- 12-13 Décembre : Un moment esthétique

Discours, figure (E. During)

Un moment esthétique ENS-CIPH


 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS