Cirphles
�cole normale sup�rieure CNRS
> CIEPFC > Colloques > Archives colloques > Colloques 2008/2009 > Les années 1960 : Un moment esthétique

12-13 décembre 2008

Colloque International
Organisé par le CIEPFC (Ulm) et le CIPh

Date : 12-13 décembre 2008

Lieu : Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 PARIS

Direction : Elie During & Patrice Maniglier




ARGUMENT

Le Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine (ENS/Ulm), en collaboration avec le Collège International de Philosophie, organise, dans le cadre de son Programme de Recherches "Le moment philosophique des années soixante", une série de quatre doubles journées d’étude au cours de l’année 2008. Cette série se propose de renouveler la lecture que l’on fait aujourd’hui, quarante ans après, de cette décennie. Elle entend rouvrir la question, si difficile à traiter en France, de l’héritage actif et non commémoratif de ce « moment » excessif à ses propres interprétations, et toujours actuel. Chaque double journée porte sur une des dimensions par lesquelles les années 1960 ont constitué un événement transversal pour la pensée : scientifique, politique, esthétique, philosophique. Chacune est constituée de deux journées d’étude : la première porte sur un livre, la seconde sur des aspects thématiques.

Cette quatrième journée concernera les enjeux esthétiques des années 1960, et sera l’occasion de poser la question du rapport de la philosophie à la littérature, mais aussi aux pratiques de ce genre incertain qu’on appelle « l’art contemporain » et qui se met en place dans ces années là, ainsi qu’avec les arts populaires comme le cinéma et le théâtre.

L’esthétique occupe une place souvent sous-estimée dans les grands débats qui traversèrent et structurèrent le moment philosophique des années 1960 en France. Cependant, alors qu’on aurait pu penser que la vogue du structuralisme et des « philosophies du concept » rejetterait à l’arrière plan la dimension du sensible, il apparaît rétrospectivement que non seulement la littérature et les arts plastiques avaient une part centrale dans ces débats (avec Barthes, la nouvelle critique et le nouveau roman bien sûr, mais aussi avec le théâtre et le cinéma d’un côté, et de l’autre avec les avant-gardes modernistes telles que Supports/Surfaces ou les œuvres de Buren, Toroni et Mosset, entre autres), mais encore que l’étrange mouvement de radicalisation-renversement qui conduisit, pour des raisons internes, de la philosophie des structures à celle de la différence devait rapidement redonner à la question esthétique toute son importance. Le parcours de Lyotard à ce titre anticipe sur le mouvement bientôt réalisé par Deleuze, Barthes ou Derrida. On redécouvre aussi depuis quelques années l’importance de la réflexion esthétique chez Foucault, ainsi que la profondeur du thème de la logique des qualités sensibles mis en avant par Lévi-Strauss. De même, on a été amené à réévaluer les œuvres de Merleau-Ponty et de Mikel Dufrenne dans ce contexte. Il apparaît enfin, aujourd’hui, que c’est peut-être sur le terrain de l’esthétique, et dans un dialogue avec cet espace singulier qu’est celui de l’art contemporain, que les grandes questions, concepts et stylistiques caractéristiques du moment philosophique des années 1960 sont le plus activement convoqués, comme en témoignent le travail de Jacques Rancière ou Bruno Latour. Alors que les dehors scientifiques et politiques semblaient déterminants pour le moment philosophique des années 1960, il semble aujourd’hui, pour des raisons qui restent à élucider, que l’héritage de la philosophie française des années 1960 trouve dans l’esthétique son dehors privilégié.

Le but de cette journée d’étude sera de faire le point sur ces recherches en cours et de mieux comprendre la nature du dialogue étroit mais assez mal stabilisé que la philosophie entretient avec le domaine de la littérature et cet espace singulier qu’on appelle l’art contemporain.

Conformément aux précédents colloques, ce colloque se déroulera en deux temps. Le premier sera consacré à une journée d’étude sur un livre. Il s’agira cette fois de Discours, Figure de Jean-François Lyotard. La seconde journée sera consacrée à un repérage plus général de ces questions.

Conformément aussi à la méthodologie mise en place lors des précédentes journées, il s’agira avant tout de requalifier les véritables lieux de la question esthétique tels que les contemporains ont pu y prendre part sans en avoir clairement conscience. On s’intéressera donc soit aux grandes transformations dans ce que Jacques Rancière a appelé le régime du sensible, telles qu’elles se manifestent en particulier dans les arts, qui ont pu fonctionner comme conditions pour la constitution de ce moment philosophique, soit à l’inverse aux relecture de certaines de ces œuvres philosophiques qui paraissent éclairer par anticipation les enjeux esthétiques d’aujourd’hui, et qui nourrissent les pratiques du sensible autant que celles-ci ont pu conditionner la pensée philosophique.


Programme :

Vendredi 12 décembre 2008

- Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, salle Jules Ferry

LYOTARD DANS LE MOMENT DES ANNEES 1960 Autour de Discours, Figure

Matin : 10h - 13h

Table ronde n°1 : "ESTHETIQUE ET POLITIQUE" (modération : Elie During)

- Frédéric Fruteau de Laclos (Université de Paris I) :
« De la position transcendantale du désir : de Dufrenne à Lyotard »

- Gaëlle Bernard (Université de Lille III) :
« Détour et critique dans Discours, Figure »

- Guillaume Sibertin-Blanc (CIEPFC, ENS Paris) :
« Discours, Figure du point de vue de L’Anti-Oedipe »

Après-midi : 14h30 - 18h

Table ronde n°2 : "ESTHETIQUE ET PSYCHANALYSE" (modération : Frédéric Worms)

- Corinne Enaudeau (Lycée Janson-de-Sailly et Lycée Henri IV) :
« Discours, Figure : coup et après-coup »

- Françoise Coblence (Université de Picardie) :
« Freud selon le figural »

Pause : 16h30-16h45

Table ronde n°3 : "TRAVAUX PRATIQUES" (modération : Patrice Maniglier)

- Jean-Clet Martin (Collège de Philosophie) :
« Enluminures »

- Yves-Marie Visetti (CNRS-CREA) :
« Discours, Figure et la linguistique : résonances contemporaines »


Samedi 13 décembre 2008

ENS, 45 rue d’Ulm, Amphi Rataud

LES ANNEES SOIXANTE : UN MOMENT ESTHETIQUE

Matin : 9h30 - 13h

Table ronde n°1 : "FIGURES" (modération : Elie During)

- Jehanne Dautrey (CIPh) :
« Boulez et les philosophes »

- Dimitra Panopoulos (Paris VIII) :
« De la distanciation à la désidentification : controverses sur la réception de Brecht en France »

Pause 11h-11h30

Table ronde n°2 : "ESTHETIQUE ET POLITIQUE" (modération : Frédéric Worms)

- Dork Zabunyan (Lille III) :
« Un effet de blow-up : philosophie, cinéma, et inconscient de l’histoire »

- Laurent Jenny (Université de Genève) :
« Blanchot et l’esprit de mai »

Après-Midi : 14h30-18h

Table ronde n°3 : "ARTS DE PHILOSOPHER" (modération : Patrice Maniglier)

- Simon Critchley (New School for Social Reseach, New York) :
« Poésie de la pensée, pensée de la poésie. »

- Evelyne Grossman (CIPh/Université Paris Diderot) :
« Ecrire le sensible, déformer le corps (le style Deleuze) »

Pause : 16h-16h30

Table ronde n°4 : "LA PHILOSOPHIE AVEC L’ART : APRES L’ESTHETIQUE" (modération : Patrice Maniglier)

- Claude Imbert (ENS Paris) :
« 1961, L’esthétique implosée : à propos de l’Oeil et l’esprit »

- Lucien Vinciguerra (Lille III) :
« Foucault et la peinture : formes symboliques, dispositifs. »


  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS