Cirphles
�cole normale sup�rieure CNRS
> CIEPFC > Séminaires > Archives Séminaires > Séminaires 2008/2009 > Séminaire : Le Moment du vivant

Le Moment du vivant Séminaire proposé par Frédéric Worms (Ciepfc/ ENS, Département de philosophie)

Argument et programme (Février-Juin 2009)

Trois hypothèses caractérisent la recherche ici entreprise.

Celle, tout d’abord, selon laquelle nous vivrions aujourd’hui le « moment du vivant », c’est-à-dire l’extension du problème du vivant, d’un secteur déterminé de la connaissance et de l’action, vers l’ensemble des questions soulevées par celles-ci. Convergence ou contraste ? La « vie » fait l’objet en tout cas aujourd’hui des techniques les plus nouvelles et des risques les plus inattendus, d’un repliement possible mais aussi d’une responsabilité accrue.

Cette hypothèse en implique donc aussitôt une seconde. Ce qui vient ici au premier plan, ce ne peut pas être en effet la « vie » comme une évidence simple, mais plutôt un problème tendu, et même une série de tensions que nous considèrerons, en effet, comme constitutives de la question même du vivant, aujourd’hui. Il s’agit des tensions, respectivement, ontologique, entre la vie et la mort (ou le vital et le mortel), anthropologique, entre l’animal et l’homme (ou l’humain), éthique et politique enfin entre le soin et le pouvoir (ou le contrôle), la destruction et la création. Ce sont ces tensions, c’est-à-dire dans chaque cas, tout à la fois, une différence irréductible et une relation non moins irréductible, qui font de ces polarités les coordonnées ultimes de notre expérience. Ce sont elles qui organiseront notre propos.

Mais il ne s’agirait pas de ce que l’on appelle par ailleurs un « moment » si ces questions n’étaient pas atteintes aujourd’hui, non moins constitutivement, de divers côtés et selon diverses approches. C’est la diversité même de ses positions qui constitue ici un problème. S’il s’agit donc bien, non pas de le poser d’une manière neutre et extérieure, mais de s’y engager, cela ne pourra se faire aussi que de manière relationnelle, diverse, et ouverte. Certaines séances seront donc consacrées à des rencontres et des discussions, qui en appellent d’autres encore, et le séminaire lui-même sera prolongé par deux journées d’études (co-organisées avec le Centre Georges Canguilhem de l’Université de Paris VII) sur « la philosophie du soin ». Dans cette perspective, on ajoutera que, s’il s’agit bien de traiter de problèmes nouveaux, sans abolir donc les ruptures qui caractérisent les relations entre moments distincts de la philosophie, le traitement de ces problèmes n’en impliquera pas moins, aussi, la reprise critique de concepts et de positions qui ne relèvent pas seulement du passé.

F. W.


Dates, lieux, intervenants

Une bibliographie indicative sera distribuée lors de la première séance.

1. vendredi 13 février 2009, 14h-16h, salle Beckett.

2. vendredi 6 mars 2009, 16h-18h, salle de Conférences (46 rue d’Ulm)

3. vendredi 20 mars 2009, 16h-18h, salle de Conférences : Renaud Barbaras (Université de Paris I) sur le thème "La vie de l’intentionalité"

4. vendredi 3 avril 2009, 16h-18h, salle de Conférences : Alain Prochiantz (Collège de France, ENS).

5. vendredi 10 avril 2009, 16-18h, salle de Conférences : Dominique Lestel (ENS)

6. jeudi 7 mai, 16h-18h : salle Info 5 (bât. Rataud, 45 rue d’Ulm)

7. vendredi 22 mai 16h-18h, salle de Conférences (sous réserve) : Arnold Davidson (Chicago-Pise, Professeur invité à l’ENS).

8. vendredi 29 mai, 16h-18h, salle de Conférences.

11 et 12 Juin 2009 : La Philosophie du soin, Colloque international organisé par le Ciepfc (ENS) et le Centre Georges Canguilhem (Paris VII).

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS