Cirphles
�cole normale sup�rieure CNRS
> CIEPFC > Séminaires > Archives Séminaires > Séminaires 2009/2010 > Séminaire "Conditions et expressions de l’expérience morale"

Séminaire de philosophie morale et politique organisé par le CIEPFC Sous la responsabilité de Valérie Gérard et de Frédéric Worms

Conditions et expressions de l’expérience morale

Séminaire de philosophie morale et politique organisé par le CIEPFC

Avec le soutien de la direction de l’école Normale Supérieure

Sous la responsabilité de Valérie Gérard et de Frédéric Worms

On ne peut comprendre ce qu’est l’expérience morale sans la rapporter àses conditions et à ses modalités d’expression. Si la moralité est entendue non seulement comme la définition d’un ensemble de valeurs, de normes ou de croyances morales, mais comme une pratique par laquelle un individu s’institue comme sujet moral en instaurant un rapport à soi-même et au monde, cette pratique a des conditions, relationnelles, sociopolitiques, institutionnelles ; elle est sans lucidité ni effectivité si elle ne réfléchit pas ces conditions extérieures. L’expérience morale estdonc doublement située, dans la mesure où les conditions à partir desquelles elle se fait ou se défait d’une part, et les régimes de son expression d’autre part, en sont constitutifs, bien loin d’en être des aspects secondaires. La philosophie morale contemporaine, inséparable de la réflexion politique, doit donc examiner les situations où les conditions du rapport à soi sont altérées, et les procédures par lesquelles, depuis son extériorité, un sujet se ressaisit comme sujet ou objet de sa vie.

Les séances ont lieu le vendredi de 17h à 19h, une fois par mois, salle Pasteur


Vendredi 6 novembre 2009

Valérie Gérard (ENS, CIEPFC), Frédéric Worms (ENS, CIEPFC),

Introductions


Vendredi 4 décembre 2009

Guillaume le Blanc (Bordeaux III, CIEPFC)

« L’invisibilité sociale »

Discussion sur le livre de Guillaume le Blanc, L’invisibilité sociale, Paris, PUF, 2009.

La capacité de se maintenir dans l’espace public ne repose pas uniquement sur les seules performances des sujets. Elle dépend largement des règles sociales qui légitiment une vie ou, au contraire, la précarisent. La visibilité et l’invisibilité ne sont nullement des qualités naturelles mais des modes sociaux de confirmation ou d’infirmation des existences. Le déclassement, la relégation, l’absence de travail marginalisent les individus au point de les effacer en les retirant de toutes les formes de participation : le subalterne, le précaire, l’exclu sont alors de moins en moins audibles, de moins en moins visibles. Il est urgent que la philosophie prenne le parti des sans-voix et des invisibles si elle veut contribuer à une critique de la normalité sociale. Pour cela, elle doit repartir de ce que peuvent les vies ordinaires afin de penser au plus près de leur activité : car une vie cherche moins à être reconnue qu’à faire œuvre, à pouvoir participer de manière irréductible à la cité.

À la jonction de la philosophie sociale et de la philosophie politique, cet ouvrage propose, à partir de cette question, une discussion théorique des principales sources contemporaines de la théorie sociale (Honneth, Butler, Nussbaum) mais aussi de la phénoménologie (Ricœur, Levinas, Merleau-Ponty).


Vendredi 8 janvier 2010

Frédéric Gros (Paris XII, CIEPFC)

« L’idée de sécurité dans la philosophie politique classique »


Vendredi 5 février 2010

Claude Mouchard (Professeur émérite Paris VIII)

« L’écriture, la poésie et la commission vérité-réconciliation en Afrique du Sud »

Sur les poèmes de Antjie Krog : Ni pillard, ni fuyard, poèmes, traduction Georges-Marie Lory, éditions Le temps qu’il fait, 2004 ; et son livre sur la commission vérité réconciliation : La douleur des mots, traduction Georges Lory (Country of my skull), Paris, Actes Sud, 2004.

Quelques questions générales seront esquissées touchant à la poésie et au témoignage, quelques cas seront évoqués, et plus particulièrement le livre d’Antjie Krog, La douleur des mots. il s’agira donc de la commission Vérité et Réconciliation (1996-1997) en Afrique du Sud : Antjie Krog, poète afrikaner connue et militante anti-apartheid, en a suivi pour la radio publique les débats. On touchera alors à la question de la « justice transitionnelle » et aux difficultés que soulève cette notion (telles que Sandrine Lefranc, par exemple, les a analysées). Cependant, c’est toujours à l’écoute singulière de la poète Antjie Krog que l’on reviendra. Que fait, en pareille situation, l’attention poétique ?

Avec la participation de Jean-Charles Darmon (ENS) (sous réserve).

Bibliographie indicative :

Claude Mouchard, Qui si je criais… ? Œuvres-témoignages dans la tourmente du XXème siècle, Paris, Laurence Teper, 2007.

Sandrine Lefranc, Politiques du pardon, Paris, PUF, 2002.


Vendredi 12 mars 2010

Bertrand Ogilvie (Paris X, CIEPFC)

Horaire modifé : 16h-18h

« L’expérience du silence. Enjeux politiques et anthropologiques des tentatives de Fernand Deligny »

Avec la participation de Igor Krtolica (ENS-LSH).


Vendredi 9 avril 2010

Etienne Balibar (Professeur émérite Paris X, CIEPFC)

« violence et civilité »

Discussion sur le livre d’Etienne Balibar, Violence et civilité (à paraître début 2010), avec la participation de Guillaume Sibertin-Blanc (Toulouse II).


Vendredi 7 mai 2010

Guillaume Sibertin-Blanc (Toulouse II)

en salle Pasteur

« Remarques Programmatiques sur l’analyse actuelle des modes de subjectivation politique - et ses limites : l’hétérogène, le minoritaire, la cause de l’autre »

Ce sera une tentative de mise en dialogue de certaines propositions de Deleuze autour de la question des minorités comme nouvelle "figure" du sujet de la politique de démocratisation, avec Balibar d’une part, Rancière d’autre part.

Quelques références bibliographique : Deleuze et Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980 : 4ème, 10ème et 13ème plateaux Balibar, La Crainte des masses, Paris, Galilée, 1997 ; Violence et civilité, Paris, Galilée, 2010 Rancière, La Mésentente, Paris, Galilée ; "La cause de l’autre" in Lignes, n°30 : France-Algérie : Regards croisés, 1997


Courant mai : séance exceptionnelle avec Arnold Davidson (University of Chicago).

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS